parent solo entrepreneur solo

Solo, mais pas toute seule

Je me suis séparée de mon ex-mari en 2010. Ma fille avait 2 ans et mon fils 5 ans et demi. Elle était encore chez une nounou et il entrait en dernière année de maternelle. J’étais professeur de français en lycée. Pas de garde alternée, le papa n’en voulait pas.

L’année d’après, j’ai démissionné de l’Education nationale et j’ai commencé mon activité d’écrivain conseil. Je suis passée par une couveuse d’entreprise et ensuite je me suis immatriculée comme auto-entrepreneur.

Parent solo, entrepreneur solo… Quoi d’autre est possible ?

Depuis l’enfance, j’ai grandi avec une farouche volonté d’indépendance. J’ai pris mon premier appart’ à 19 ans. Je devais payer les études et le loyer. Cumul de 4 jobs, études à la fac, un petit ami et des fiestas, cumul de nuits blanches… Je n’écoutais pas mon corps. Résultat, à 24 ans, je faisais une première dépression pour surmenage ! Je n’ai pas retenu la leçon pour autant.

Avec la naissance des enfants, le sommeil est malmené, ce n’est pas une nouveauté. Quand on peut, on essaye de récupérer en journée. Avec deux enfants, c’est pas gagné. Quand on reprend le travail, c’est encore plus compliqué. En devenant entrepreneur, je pensais m’adapter. J’imaginais travailler pendant qu’ils sont en classe et m’occuper d’eux à la sortie de l’école, travailler encore un peu le soir quand ils sont couchés et un weekend sur deux quand ils sont avec le papa. Sauf que… Je n’avais pas compté les grèves de cantine, les absences des enseignants, les maladies et autres bobos de l’aîné et/ou de la cadette. Au moindre contretemps, je jonglais avec les échéances clients et je me couchais un peu plus tard, ou je me levais un peu plus tôt, quand de toute façon ma fille me réveillait encore parfois au milieu de la nuit. Je n’écoutais toujours pas mon corps. J’étais dans l’hyper contrôle. Résultat, en 2013, j’ai fait un burnout.

« La folie, c’est de croire qu’en faisant toujours la même chose, on obtiendra un résultat différent. »

Alors, j’ai bien dû évoluer. Commencer à reconnaître ce qui dysfonctionnait, commencer à m’écouter. J’ai trouvé des programmes de coaching en ligne, des ateliers de développement personnel, des livres et des vidéos sur la santé naturelle, des formations en CNV et en parentalité bienveillante. J’ai appris la différence entre l’indépendance et l’autonomie. J’ai compris que j’étais solo mais pas toute seule : je pouvais exprimer mes besoins et demander de l’aide, du soutien. 

J’ai fait de belles rencontres qui m’ont ouvert de nouvelles perspectives. Aujourd’hui, j’ai plein d’outils, de ressources et d’astuces pour rebondir. C’est riche de toutes ces expériences et découvertes que je peux proposer mon accompagnement aux solo entrepreneurs qui ne savent plus où donner de la tête. Mon expertise est dans le choix des mots, la stratégie de contenu, la communication éditoriale ; mais je ne conçois pas mes services sans une dimension humaine d’écoute et de conseil pour une organisation écologique de la microentreprise envers soi-même. C’est ça, le mentorat. Pour en savoir plus : www.passionnemots.fr

Pour vous abonner et partager :
0
fb-share-icon0
20
fb-share-icon20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *